l’art de faire cesser les mauvaises pour faire durer les bonnes

Laisse les larmes couler…

Il y a des jours où on ne voit pas le bout, où les larmes viennent et ça n’en finit pas. Je me demande si ce tunnel à une fin, et si elle est heureuse… pour une fois, je laisse mes larmes couler. Ca finira bien un jour mais dieu seul sait comment.

19 septembre, 2011 à 22:12 | Commentaires (0) | Permalien


Avantages/Inconvénients

Dans cette n-ième tentative, j’essaye de faire un bilan des avantages et inconvénients à arrêter les crises. C’est une approche rationnelle pour analyser un comportement compulsif, mais j’espère que ça pourra quand même faire naître un déclic!

Avantages

Inconvénients

1. Atténuation des complications à venir

2. Arrêt des déséquilibres nutritionnels et hormonaux (carences…) et de leurs effets (pertes de cheveux et autres dysfonctionnement)

3. Gain de temps pour se consacrer à d’autres activités pus agréables

- Consacrer pus de temps à ma famille et aux amis

- Lire, écrire, dessiner…

- Réfléchir sérieusement à mes aspirations professionnelles, et pourquoi pas, créer ma propre boîte ?

- Dormir plus (sans se coucher tard à cause des crises) !

4. Economiser un peu d’argent pour des petits plaisirs et des projets à plus long terme

5.Retrouver un visage moins marqué par les crises (pas de gonflement –si la période d’accalmie dure plus de deux semaines-, pas de cerne)

1. Sensations physiques désagréables (gonflement/lourdeur/ballonnements) après les prises alimentaires

2. Sentiment de culpabilité après les prises alimentaires

3. Perte de contrôle sur le poids

4. Gonflement des joues pendant une ou deux semaines

5. Risques de retrouver des comportements obsessionnels pour contrôler le poids (activités physiques, quantités et contenu des repas, fréquence des repas)

 

16 mai, 2011 à 1:31 | Commentaires (0) | Permalien


Boulimie et joues gonflées

Après une période d’accalmie des crises (un jour ou deux), mes joues et mon visage se mettent à gonfler. Après avoir posé la question à ma généraliste, cela serait dû à un excès de salive sécrété pendant les crises qui viendrait boucher les canaux des glandes parotides (à l’arrière de la mâchoire). A cela un seul remède: le jus de citron. Boire un jus de citron permettrait de stimuler la production de salive et viderait les parotides… Aussi simple que ça? Je n’ai malheureusement pas encore pu tester…

19 août, 2010 à 18:02 | Commentaires (0) | Permalien


Echec sur échec

Presque deux semaines depuis le premier post. Et les crises sont toujours aussi intenses. Je passe sur les détails. Le pire c’est la sensation de honte, la culpabilité. Je me fixe des objectifs, mais rien n’y fait, quand la pulsion arrive, rien ne saurait l’arrêter. Lundi, j’ai été voir mon médecin généraliste, qui a trouvé que j’avais un discours « lucide et cohérent ». Elle a été plutôt optimiste en voyant mon état d’esprit et la démarche dans lesquels j’étais… mouais… mais moi, je veux du CONCRET: PAS DE CRISE! DES REPAS NORMAUX!

Alors on a statué sur la nécessité de mettre en place un cadre médical : psychiatre+diététicienne(spécialisée en endocrinologie et TCA)… ce n’est pas révolutionnaire comme méthode, mais si elle peut porter ses fruits, alors je la tente (encore une fois). La prise de rendez vous chez les-dits spécialistes a été un échec, pas vraiment étonnant en cette période de vacances.

Les baisses de moral se traduisent par un désintérêt généralisé à tout: travail, loisir, amis… à quoi bon? c’est bien joli, mais après? quel est le but final de tout ça?

Je suis perdue, et j’attends énormément de la thérapie… au moins autant que ce que m’apportent les crises… ma drogue

19 août, 2010 à 17:53 | Commentaires (0) | Permalien


Premier billet : Présentation du blog

Ce blog n’a été créé que dans un seul et unique but: me servir d’arme dans un combat qui commence à s’éterniser! Voilà près de 10 ans que se livre une lutte sans merci entre moi et moi-même… après 4 ans d’anorexie et le reste d’anorexie-boulimie, autant vous dire que la bataille est loin d’être terminée.

Ce blog, disais-je, est censé m’aider à tenir le cap dans ce combat dans lequel je me sens impuissante et désarmée. L’objectif à long terme est de pouvoir y narrer ma victoire finale qui devrait, idéalement, se terminer par « … et elle vécut heureuse [et eut beaucoup d'enfants]« . La partie entre crochet n’est pas à l’ordre du jour, mais c’est une autre histoire, qui ne pourra être belle, que si j’arrive à en finir avec ces problèmes de nourriture.

J’espère qu’en écrivant publiquement mes objectifs, j’aurais un pue plus de force pour les atteindre. Un peu comme si je devais tenir parole. C’est sans doute utopique (voilà que je doute… non!non!… il faut se ressaisir!) Et s’il m’arrive de craquer, au final, ce blog m’aura donc appris à tenir parole!

Les regards, conseils, soutiens extérieurs sont les bienvenus! Si vous ne vous sentez pas concernés, alors merci de passez votre chemin…

Bientôt un prochain billet avec les objectifs, à court terme cette fois ci… dans un futur très proche, je m’en vais passer la soirée avec des amis du centre de recherche où je fais mon stage… en espérant que l’ambiance soit assez sympa pour qu’il retienne toute mon attention : il ne faudrait pas que le contenu de l’assiette me gache la soirée.

8 août, 2010 à 1:27 | Commentaires (0) | Permalien